GéoLocalisation
 
Monument aux morts de la division marocaine

62580 GIVENCHY EN GOHELLE

 
 

LE MONUMENT A LA DIVISION MAROCAINE

En 1924, des anciens combattants de la Division marocaine décident d’ériger un monument sur la crête de Vimy en mémoire de leurs camarades disparus. Cette initiative est soutenue par les maréchaux Pétain et Lyautey qui deviennent les présidents d’honneur du comité créé pour mener à bien le projet. Inauguré le 14 juin 1925, le monument en pierre est sobrement décoré de branches de laurier en bronze. « Sans peur, sans pitié », la devise de la division, est rappelée dans le texte introductif de la dédicace.
Sur les côtés sont gravés les dates et les noms des lieux où la division a combattu durant le conflit. Sept plaques en bronze, détaillant les différents régi-ments de la division, ont été ajoutées ultérieurement à la base du monument.

A proximité, sur la commune de Neuville-Saint-Vaast, deux autres monuments rendent hommage à des combattants étrangers engagés au sein de l’armée française ayant pris part aux combats de mai 1915 : le mémorial de la Compagnie Nazdar élevé en 1925 au sein d’un petit cimetière tchécoslovaque et le monument aux volontaires polonais élevé juste en face en 1929.

DES SOLDATS DE NOMBREUSES NATIONALITÉS
Malgré son intitulé, la Division marocaine ne compte aucun soldat marocain dans ses rangs.
Elle est en réalité composée de combattants d’origine diverses : zouaves et tirailleurs algériens, tunisiens, sénégalais ou encore légionnaires (polonais, tchèques, grecs...). En tout, près de cinquante nationalités sont représentées dans cette unité.
Formée au Maroc par le général Hubert Lyautey (d’où son nom), la Division marocaine est transférée à Bordeaux en août 1914. Elle s’illustre notamment lors de la bataille de la Marne en septembre 1914 avant d’être envoyée en Artois.
La Division marocaine est l’unité la plus décorée de l’armée française lors de la Première Guerre mondiale.

 
 
 
 
A voir aussi...